Le Mensonge de l'Evolution

Une nouvelle tentative de forme de transition fictive du Journal Nature : Tyrannosaur Euotica

Ces derniers temps, des nouvelles sur la découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure sont apparues dans les médias internationaux. Bien qu'à première vue, la découverte semble être de nature scientifique, les articles sur ce sujet ont clairement révélé que l'objectif était de soutenir l'évolution imaginaire des dinosaures. Cet article examine ce nouveau cas d'imagination – et de fabrication de faux fossiles - des évolutionnistes et répond aux prétentions de telles nouvelles selon lesquelles « le chaînon manquant » a été trouvé.

Ces nouvelles, citant une étude publiée dans la revue scientifique américaine PNAS (Actes de l'Académie américaine des sciences), ont rapporté qu'un fossile Tyrannosaur de la taille d’un cheval a été découvert en Ouzbékistan. Il a été affirmé que cet animal avait connu la soi-disant transformation de l’évolution entre les petits dinosaures et les plus grands. Les estimations sont allées si loin que même le poids et la taille de la créature ont été calculés et des spéculations ont été faites sur son ouïe et dans quelle mesure elle réussirait à capturer sa proie. Cependant, la vérité est très différente de ces estimations : Il y avait seulement un fragment d'os de 7 cm qui a été considéré comme étant du crâne de l'animal.

Le produit d’une science-fiction par les darwinistes : Le dinosaure fictif

En bref, dans ces rapports de presse, tout un dinosaure a été représenté seulement sur ​​la base d'un seul os de crâne. Pensons à un puzzle géant de milliers de pièces de puzzle; si vous placez soigneusement les morceaux de manière à correspondre parfaitement, vous pouvez voir l'image complète. Si une ou deux pièces sont manquantes, il ne serait pas tout à fait difficile de la deviner. Mais si vous n’avez qu’une seule pièce et « spéculez » sur toutes les pièces restantes en fonction de cette seule pièce, cela serait vraiment absurde. L'ensemble du corps, y compris la bouche, le nez, les mains, les bras, les pieds et la queue, ainsi que le poids et la hauteur, et même l'existence de plumes, qui ne sont que le fruit de l'imagination, ont été imaginés en se basant sur un fragment d'os unique.

Pour cette raison, il ne s’agit ici évidemment pas d’une construction fossile « basée sur des preuves scientifiques » puisqu’un squelette basé sur un fragment d'os unique est tout simplement le fruit de l'imagination.

La mentalité « Apportez un tas d’os et ayez votre propre fossile » ne peut pas servir la théorie de l’évolution

Contrairement à ce que l'article prétend, l'os en question ne faisait pas partie d'un nouveau fossile. C’est Stephen Brusatte de l'Université d'Edimbourg, qui est tombé sur l'os lors de sa visite d’un musée en Russie en 2014. Dans l'espoir d'utiliser d'autres os précédemment trouvés dans la même région, des fragments d'os éparpillés dans diverses institutions ont été réunis. Ces fossiles ont été extraits à des dates différentes entre 1997 et 2006; et étaient au total, 15 fragments d'os incomplets et dispersés dont sept vertèbres.

Ne dites pas « Que peut-on faire avec ces fragments d'os qui n’ont rien à voir avec les uns les autres ? » Si vous poussez les limites de l'imagination comme l’ont toujours fait les darwinistes, vous pouvez venir avec un dessin d'un dinosaure ayant son corps tout entier de la queue à la tête comme celui de l'illustration.

Vous pouvez le faire ; cependant, nous vous rappelons encore une fois que vous devez ignorer le fait que ces fragments d'os ne sont pas liés les uns aux autres, ce qui pousse certainement aussi les limites mêmes de l'imagination.

En effet, l'article admet ainsi que les os n'appartenaient pas à la même créature :

Les os individuels proviennent de différents sujets, car ils ont été recueillis en surface en tant que spécimens isolés lors de la formation Bissekty de l'Ouzbékistan. Nous considérons donc très parcimonieusement que tous ces spécimens appartiennent au même taxon.

Les confessions dans l'article ne se limitent pas à cela. Toutefois, l'article fournit également l'explication suivante en réponse à des objections potentielles sur l'établissement d'un tel lien étrange entre ces fossiles qui appartiennent à différentes créatures : « Si les découvertes ultérieures montrent que cela est incorrect, le nom porteur de T. Euotica sera alors le haut diagnostic de boîte crânienne. »

Des efforts pour faire revivre le conte de fées de dinosaures à plumes ?

Compte tenu de ces faits et étant donné que ce soi-disant fossile a été produit avec force, pourquoi est-ce que certaines publications qui prétendent être « scientifiques » ont fait la couverture de celui-ci ? Voici la partie surprenante de l'histoire :

D'une part, la revue scientifique PNAS a publié des nouvelles fabriquées sur un dinosaure produit à partir d'un petit fossile. D'autre part, les nouvelles ayant pour titre « Le Chaînon Manquant Révélé » avec des illustrations d'une créature à plumes et de nombreux autres slogans sont parus dans le National Geographic, New Scientist et également sur ​​la BBC. Les faits scientifiques ont été une nouvelle fois faussés - afin de faire revivre la théorie de l'évolution. Pourquoi a-t-on jugé nécessaire de créer un tel conte de fée de formes de transition ?

L'arbre de l'évolution imaginaire des darwinistes a de nombreuses lacunes et, comme il est bien connu, les liens prétendus exister entre les grands et les dinosaures sont toujours manquants. Le Tyrannosaurus était une espèce de dinosaure prédateur ayant vécu entre la fin du Jurassique (il y a 150 millions d'années) et le Crétacé supérieur (il y a 65 millions d'années).

Alors que les tyrannosaures (T. rex) étaient une petite espèce de dinosaures, ceux datant de la période du Crétacé étaient gigantesques. En affirmant que les tyrannosaures étaient les soi-disant ancêtres des dinosaures géants, les évolutionnistes avaient besoin de combler les manques avec des formes de transition appropriées entre les deux périodes. Cependant, il y avait un écart énorme de 20 millions d'années dans la période du Crétacé moyen se situant entre ces deux périodes. Une forme de transition répondant aux qualifications nécessaires serait suffisante pour combler ce manque : A cette fin, ce nouveau dinosaure, Timurlengia euotica, qu’on estime âgé de 90 à 92 millions d'années, a été produit. Bien que cette créature possédait un grand cerveau et un sens avancé de l'ouïe, il a été affirmé qu’il était en fait aussi petit qu’un cheval.

Les darwinistes, en utilisant leur imagination, n’ont pas oublié d’ajouter des plumes à l'image de dinosaure afin qu'il puisse compléter le conte de fées de l'évolution de « dinosaures se transformant en oiseaux. » La situation a été si exagérée que la revue Nature n'a pas hésité à publier l'image du dinosaure à plumes comme « une preuve merveilleuse de l'évolution. »

L'estimation de la taille, du poids, des mains et des bras d'une créature et la formation d'un squelette entier à partir d’un seul os de crâne sont un indicateur important de l'imagination des darwinistes. En effet, de telles déductions n’ont aucune valeur scientifique.

Pourquoi le faux dino-fossile ne pas peut pas être le chaînon manquant des contes de fée darwinistes ?

L'absence de formes de transition est l'un des plus grands éléments de preuve qui mène l'évolution à une impasse. En effet, Charles Darwin était bien conscient de ce fait et a écrit dans son livre : « Si ma théorie est vraie, d'innombrables variétés intermédiaires, reliant plus étroitement toutes les espèces d'un même groupe doivent certainement avoir existé... Par conséquent la preuve de leur existence pourrait être trouvée que parmi les restes fossiles... » (Charles Darwin, De l'origine des espèces : fac-similé de la première édition, Harvard University Press, 1964, p 179).

Darwin a déclaré ce qui suit dans le chapitre « Difficultés de la théorie » :

Pourquoi, si les espèces descendent les unes des autres par des degrés extrêmement fins, ne voyons-nous pas partout d'innombrables formes de transition ? Pourquoi la nature n'est-elle pas dans la confusion au lieu de ces espèces, comme nous les voyons, parfaitement définies ? …Mais, comme selon cette théorie d'innombrables formes de transition ont dû exister, pourquoi ne les voyons-nous pas enfouies en nombre extrêmement important dans la croûte terrestre ? ...Pourquoi alors chaque formation géologique et chaque strate n'est-elle pas remplie de ces liens intermédiaires ? La géologie ne révèle assurément pas une telle chaîne organique finement graduée ; et cela, peut-être, est l'objection la plus évidente et la plus grave qui puisse être exposée contre ma théorie. (Charles Darwin, De l'origine des espèces, p. 172, 280)

Darwin était très bien conscient du dilemme de sa théorie, mais il avait quand même proposé que « les registres fossiles étaient insuffisants. » Il a même affirmé que si les registres fossiles étaient examinés en détail, les formes de transition manquantes seraient très certainement trouvées. Sur la base de cette prophétie de Darwin, les évolutionnistes ont cherché ces formes de transition à travers des recherches approfondies de fossiles dans le monde entier depuis le milieu du 19ème siècle. Cependant, ces formes intermédiaires qu’ils ont ambitieusement recherchées n’ont jamais été trouvées parce que, contrairement à l'affirmation de Darwin, LES ARCHIVES FOSSILES ETAIENT PARFAITEMENT SUFFISANTES. Toutes les découvertes de fossiles qui ont été recueillies lors de fouilles et des recherches ont révélé que les formes de vie sont apparues sur Terre soudainement dans leur forme pleine et entière, contrairement à ce qu’attendaient les évolutionnistes.

L’UNE DES NOMBREUSES TENTATIVES DES DARWINISTES MENANT À UNE IMPASSE CONTRE LE FAIT DE LA CREATION

Comme il est clairement indiqué dans les exemples fournis jusqu’ici, s’il y avait une forme de transition d'une créature, il ne devrait pas y en avoir seulement une, mais des milliards de formes de transition qui relieraient les millions d'espèces vivantes aujourd'hui. Étant donné que les espèces qui ont vécu tout au long de l'histoire de la vie sur notre planète étaient dix ou même cent fois plus nombreux que ceux qui vivent aujourd'hui, il devrait y avoir des milliards de formes de transition et des quadrillions de spécimens fossiles de ces formes débordant du sol. La tentative des évolutionnistes d’apparaître avec quelques fausses formes de transition est simplement une indication de leur désespoir.

Il n'y a pas de place à la fiction dans la science. La science est vraiment la science que si elle est fondée sur des preuves et des démonstrations. Il va sans dire que la science de la paléontologie n’a pas besoin de fossiles fictifs. Les archives fossiles, avec ses 600 millions de spécimens fossiles disponibles, révèlent déjà l'histoire de la vie sur Terre de manière tout à fait explicite. Les restes pétrifiés de ces créatures dans leurs formes entières et complètes expriment haut et fort qu'ils ont été effectivement créés par Dieu.

Ressource :

Stephen L. Brusatte, Alexander Averianov, Hans-Dieter Sues, Amy Muir, and Ian B. Butler, New tyrannosaur from the mid-Cretaceous of Uzbekistan clarifies evolution of giant body sizes and advanced senses in tyrant dinosaurs, PNAS 2016 ; 14 Mars, 2016, doi:10.1073/pnas.1600140113

Article d’Adnan Oktar sur News Rescue :

http://newsrescue.com/a-new-attempt-for-a-fake-transitional-form-by-the-journal-nature-tyrannosaur-euotica/

2016-04-19 16:19:22
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top